Programmes

Programme pour deux voix de femmes

Dialogos propose sa dernière création qui explore l'univers à la fois intimiste et puissant des musiques liturgiques médiévales. Souvent intimidés lorsque nous entr'ouvrons les portes des musiques créées il y a mille ans, nous nous contentons de rester curieux, bercés par leurs sonorités insolites, ou nous les effleurons comme de petits objets fragiles faits de matières précieuses. Parfois nous les cataloguons et analysons, et nous en sommes très contents. Mais le respect que nous portons à ces textes et ces musiques nous empêche parfois de les regarder en face, de les embrasser, de les prononcer, de ne pas seulement "être touchés" par elles, mais de les laisser "travailler en nous" comme elles le faisaient pour les hommes qui les chantaient tout au long de leurs vies, de jour comme de nuit, sans toujours les comprendre... Pour eux, il ne s'agissait pas de "musique ancienne", mais d’une manière de s'exprimer, de respirer, de se reposer, de rythmer leur vie, d'extérioriser leur peur de ces Autres qu'ils nommaient Barbares, de faire fuir les démons intérieurs, de maudire ou de louer ce qui les dépassait...

Ce programme, tissé d’ombres et de lumières, fait dialoguer deux voix avec des textes d' auteurs médiévaux et de poètes plus contemporains. Ces voix et ces chants s'interrogent sur l'exil, l'errance, les fils maudits par leurs pères, la noblesse de l'esprit qui apparaît furtivement à l'aube d'un voyage initiatique, comme une silhouette entre veille et sommeil...

Quelques joyaux du répertoire médiéval, entre plain-chants, premières polyphonies de Winchester et pièces de l'école Notre Dame de Paris nous accompagnent sur ce cheminement – une Généalogie du Christ, tel un long mantra qui énumère les générations de père en fils ; une malédiction liturgique d'une surprenante violence ; la première version polyphonique connue du trait Deus, deus meus (Xe s.), chef d'oeuvre criant dans sa sincérité ; une méditation sur l'amitié, un exorcisme des ennemis, une incantation imbibée de la peur des Autres, peur qui renaît toujours pour appauvrir le monde…

Parce que la nuit est tombée et que les Barbares ne sont pas venus et certains qui arrivent des frontières disent qu’il n’y a plus de Barbares. Mais alors, qu’allons-nous devenir sans les Barbares? Ces gens étaient en somme une solution. (Constantin Cavafy, 1898)

Katarina Livljanić, voix et direction
Clara Coutouly, voix