Revue de presse

(…) L’ensemble Dialogos n'a pas oublié que la musique - y compris la musique très ancienne - est avant tout l’art de la narration. (…) Nous sommes allés à un concert de musique médiévale et nous sommes rentrés chez nous habités par des histoires de perversion, de violence, de meurtres et de miracles. Dites encore que les concerts de musique classique sont ennuyeux ! (…) On reconnait ici le professionnalisme de Katarina Livljanić – elle a utilisé ces évènements extraordinaires avec aisance et assurance. D’une playlist de polyphonies médiévales intelligemment construite, elle a créé un récit convaincant qui a pris la forme d’une histoire miraculeuse (…). Ce qui aurait pu être un duo vocal austère, était en réalité aussi expressif que les premiers opéras baroques. Comme un duo plein de malédiction dans lequel les voix s’entrechoquaient. Ou dans la prière qui commençait par un cri désespéré : des voix errantes à la recherche d'un point de repos. Ou encore la miraculeuse guérison d’Aethewold, empoisonné, ici exposée dans un nuage fragmenté de mélodies. Un autre moment marquant fut la généalogie de Jésus. Les formules répétitives vous donnaient l’impression d’écouter la musique vocale minimaliste de Meredith Monk. Nous avons rarement entendu un concert qui enjambait si facilement plus de mille ans d'histoire de la musique.

Tom JANSSENS, De Standaard (Belgique)